Pourquoi voter SUD CT / Solidaires Fonction Publique ?

  • Si vous refusez de vous taire, d‘accepter sans broncher la politique du Gouvernement, que vous refusez son projet mortifère de la société
  • Si vous refusez de vous résigner, le repli sur soi et le corporatisme. Si vous refusez la compromission.
  • Si vous considérez qu’il faut renforcer les missions de la fonction publique, les services publics. 
  • Si vous pensez que l’on ne doit pas abandonner une partie de la population.
  • Si vous pensez que solidarité n’est pas un vain mot. 
  • Si vous voulez faire bouger les choses. 

Votez, faites voter SUD / SOLIDAIRES ! 

Publicités

Des milliards à en crever !

Lorsque l’on s’intéresse à la question sociale, à une éventuelle nouvelle organisation de la société qui fonctionnerait du bas vers le haut ; encore plus, lorsque l’on discute avec des collègues bien éloigné des revendications d’Égalité sociale et qu’il faut déjà déconstruire la notion d’Équité ; parfois donc, de simple chiffres donnent le tournis et donne un bon direct, une bonne droite même, dans le ou la collègue.

Ce qui est valable chez les amerlinches l’est tout autant chez nous, sur le vieux continent… De toute façon la richesse est internationale. Mais pas pour tous et toutes.

Les Walton, proprios de la chaîne de magasin Walmart ; les Mars proprios du groupe agroalimentaire Mars Incorporated et les Koch qui eux sont plus dans la chimie et le pétrole ; détiennent ensemble 348,7 milliards de dollars !!! T’as bien lu camarade, 348,7 milliards de dollars…

Ça en fait du flouze.

Et bien même chez les sauveurs du monde d’Amérique du nord, « cela représente plus de quatre millions de fois la richesse moyenne des foyers américains » écrivent Chuck Collins et Josh Hoxie dans leur étude « Billionnaire Bonanza 2018 ». Et là, n’oublies pas qu’on parle de richesse moyenne des américains, pas des revenus des somaliennes.

Dans un monde en crise, où il faut se serrer la ceinture, faire des sacrifices, etc., depuis 1982 la richesse de ces trois familles à augmenter de 5869 %… si si ! Attention, c’est une moyenne, parce que la richesse des Walton (Walmart), sur la même période a crû de 9257 % … Selon les journaux Libération du 02/11/2018 et le Canard enchaîné du 07/11/2018, la richesse moyenne totale des américains a elle diminuée de 3 %.

Ça en jette les chiffres, ça questionne, ça énerve. Moi en tout cas, ça me fait cet effet. Même mon maire avec ses presque 5000 balles d’indemnités c’est de la roupie de sansonnet à côté. Et pourtant, il m’agace déjà fort !

Tiens, allez, comme pourrait dire le dicton, un petit dernier chiffre des ricains pour la route : Jeff Bezos (Amazon), Bill Gates (ex-Microsoft) et Warren Buffet (Berkshire Hatahaway) sont à eux trois plus riches que la moitié la plus pauvre de la population des USA…

Et chez nous ? Selon le journal l’Obs du 01/11/2018 qui prend ses sources dans un rapport du Crédit Suisse, il y a en France 2.147.000 millionnaires, soit 259.000 millionnaires en plus depuis l’arrivée de Macron 1er, vous savez le roi des banquier-e-s.

Ça s’est pour les gagnes-petits… les vrais richards bien de chez-nous, elles et eux, sont toujours à peu près les mêmes d’une année sur l’autre. Certes Liliane Bettencourt est décédée mais sa fille hérite de la timbale en or et de la cuillère en argent. Ce petit tableau issu principalement de Forbes en mars 2018 donne le vertige :

Classement  Prénom / Nom / groupe principal source de revenu  Fortune (en milliards d’euros) Fortune (en milliards de dollars)
#1 Bernard Arnault (LVMH) 60 Md€  $72,2 Mds
#2 Françoise Bettencourt Meyers (Loréal) 35 Md€  $42,2 Mds
#3 François Pinault (Kering – Christie’s) 23 Md€ $27 Mds
#4 Serge Dassault (Figaro) décédé en mai 19 Md€ $22,6 Mds
#5 Emmanuel Besnier (Lactalis) 12 Md€ $14,7 Mds
#6 Alain Wertheimer (Chanel) 11 Md€ $13 Mds
#7 Gérard Wertheimer (Chanel) 11 Md€ $13 Mds
#8 Xavier Niel (Iliad – Free, Le Monde, Ecole 42, Station F) 7 Md€ $8,1 Mds
#9 Vincent Bolloré (transport, logistique, medi comme canal +, etc.) 6 Md€ $7,4 Mds
#10 Carrie Perrodo (Perenco) 6 Md€ $7,2 Mds

Leurs fortunes augmentent toujours. C’est la croissance, mais uniquement pour elles et eux.

Il paraît, selon les économistes, que ce serait bon pour nous-autres, les producteurs et productrices des richesses, que les bourgeois-es s’enrichissent toujours plus.

En consommant, les richards en haut de l’échelle, nous permettraient ensuite de travailler et donc de gagner nos salaires, nos traitements. Leurs richesses seraient ainsi redistribuer peu à peu. Ils appelleraient même ça la théorie du ruissellement…

Conneries !

Mon daron, un vieux sage du millénaire d’avant, disait qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours !

Le dessin ci-contre, piqué sur le blog de « La Tête dans le Guidon » à Angers, résume bien l’histoire.

 

 

 

 

En attendant, une hypothétique vrai révolte avec de vrai objectif de classe, je vous laisse méditer sur le refrain d’un ancien hymne révolutionnaire : la semaine sanglante

Oui mais!
Ça branle dans le manche,
Les mauvais jours finiront.
Et gare! à la revanche,
Quand tous les pauvres s’y mettront.
Quand tous les pauvres s’y mettront.

« Rabirius Servius », SUD CT 49.

Élections professionnelles « professions de foi »

Retrouvez les professions de foi pour les élections professionnelles du 6 décembre :
Le Comité Technique
profession de foi_ct_SUD_CT
La Commission Administrative Paritaire
profession de foi_cap_SUD_CT

Tout travail mérite salaire, la suite

Il y a quelques temps notre section syndicale avait interpellée la mairie sur le retard des attestations pole emploi pour nos collègues précaires.

Comme nous agissons en toute transparence, nous publions ici la réponse de la Mairie : Courrier Reponse Sud 2018 10 12 ainsi que notre réponse en retour :

Saint-Barthélemy d’Anjou, le 08 novembre 2018

Monsieur le Maire,

Nous vous remercions tout d’abord d’avoir bien voulu nous répondre.
Avant toute chose, contrairement à ce que vous semblez sous-entendre, nous n’avons pas la prétention que ce soit notre courrier qui ai déclenché un paiement anticipé des heures dues, par le biais d’avance.
Nous ne sommes pas tout à fait d’accord sur les dates et votre phrase : « les attestations pôle emploi (…) étaient en cours et sont désormais toutes réalisées ». Réalisées, ne veut pas dire envoyées et encore moins réceptionnées à la date de votre courrier.

En tout état de cause, nous pouvons parfaitement comprendre que les horaires atypiques du centre aquatique, quasiment ouvert toute l’année et en horaires continus, dimanche et jours fériés compris, ne sont pas simple à appréhender. Il n’en demeure pas moins que la piscine ne pourrait à l’heure actuelle pas fonctionner, sans les multiples et majoritaires contractuel-le-s. Sans oublier bien sûr celles et ceux ayant des temps partiels subis. Le tout sans les avantages des titulaires de celles et ceux à plus de 26 heures hebdomadaires… Nous ne nous appesantirons pas, vous connaissez une partie du mécontentement qui existe au Centre aquatique.
Ces contractuel-le-s ont besoin, non seulement que leur salaire tombe en lieu et en heure prévu, ce qui est bien logique vous en conviendrez ; mais, ils ont un besoin impératif, comme la loi l’oblige pour l’employeur, de leur fameuse attestation pôle emploi. L ‘absence de cette attestation provoque des imbroglios administratifs avec « Pôle emploi » quant aux déclarations anticipées, puis aux justifications à fournir dans un laps de temps court et au paiement de l’allocation-chômage, en particulier sous forme d’un complément de salaires.
Tant mieux si cela se régularise.

Nous avons aussi à cœur, de souligner les dangers pour notre collectivité, et ce bon gré mal gré.
Nous en avons souligné deux ou trois, lors de notre courrier précédent sur ce sujet : le risque de procès ; la mauvaise publicité ; la précarisation accrue des précaires face à Pôle emploi qui demande des comptes.
Nous pourrions ajouter aussi, malheureusement, la mauvaise communication interne à la Collectivité. Si comme vous l’indiquez, dès la connaissance par les services de ces erreurs, la collectivité est intervenue, nous estimons qu’il aurait été tellement plus simple de contacter les précaires en amont pour les prévenir de ces erreurs et de s’excuser. Cela aurait évité à ces collègues précaires de se faire du « mouron », de faire remonter l’information par la voie hiérarchique et par le biais syndical.
Cependant, puisque les attestions et arriérés de salaires semble se verser, nous tenons, en tant qu’organisation syndicale, à reposer certaines de nos questions puisque vous n’y a avez pas répondu.
Comment se fait-il, qu’il puisse y avoir de tels dysfonctionnements ? Le service-RH est-il en sous-effectif ? La charge de travail est-elle trop lourde ? Les moyens techniques au service des collègues sont-ils efficients ?

Nous vous assurons Monsieur le Maire, Monsieur le Directeur Général des Services, Madame la Directrice du Personnel, de nos meilleurs sentiments.

Ce qu’il y a de bien, c’est les petits plaisirs de la vie

Ce qu’il y a de bien, c’est les petits plaisirs de la vie. Pour certain-e-s, par exemple, c’est une première gorgée de bière. Pas pour moi.
Moi, ce qui me plaît, entre-autre chose ayant un rapport avec la nécessité de la lutte, c’est le mauvais esprit. Le sarcasme, l’ironie, la mauvais foi, c’est un délice quand ça concerne les dirigeant-e-s.

Dans notre société du spectacle, où chacun-e se met en scène, nos élu-e-s, sont une source inépuisable de moqueries, pour ne pas dire plus. Quand on prend la peine de les lire.

Ainsi, dans un de ses exercices réguliers de communications, « mon » patron, « mon » maire communique à « ses » citoyen-ne-s. Dans ce groupe, à part les petits vieux et les petites vieilles, je vois pas qui lit son édito de journal municipal avec intérêt. Au chiotte, peut-être. À ce sujet, de-là à affirmer que c’est une « littérature du même tonneau », voilà un pas que je me garderai bien de franchir.

Par contre, il existe un groupe. Les employé-e-s de la commune. Certains des salarié-e-s de la commune dont je suis, on scrute, on regarde et on analyse les propos de la majorité ou des minorités politique locales du moment. Forcément on est pas du même bord, on ne lit par le journal local avec l’œil expert du politicien en herbe, on ne lit pas avec l’œil du bon citoyen-ne ; on lit avec l’œil du travailleur ou de la travailleuse.

Et donc …

« La Première règle avant d’agir consiste à se mettre à la place de l’autre. Nulle vraie recherche du bien commun ne sera possible hors de là. » Abbé Pierre

« Vos élus sont dans le respect de ce postulat, cependant, l’intérêt individuel ne primera jamais sur l’intérêt collectif. (…)»

Çà en jette. En préambule, une citation d’un curé qui lui s’est bougé le cul pour les sans-logis et qui a participé à la Résistance, ça impose le respect. On se dit, bah là quand même, on à faire a un chic type. Un mec qui pense aux pauvres, aux miséreux…

Dessin issu du Père Peinard n°112 du 11/12/1898, 2e série.

Mais, …

Là, à défaut de pleurer, où ça me fait quand même bien rigoler, c’est qu’une personne qui soutien Macron à fond, ose dire qu’il se met à la place de l’Autre. C’est un peu comme le train, un mensonge peut en cacher un autre. On frise pas un peu l’indécence, quand il affirme « Vos élus sont dans le respect de ce postulat » ? Sans déconner ! « Vos élus » !

En tout cas, moi travailleur, ce que j’aime c’est l’Exemplarité. En particulier quand on a des prétentions moralisantes.

Un type qui gagne 1500 balles en tant que maire, 2000 balles en tant que vice-président de l’agglo, 700 balles en tant membre de la Commission permanente d’Angers-Loire-Métropole, et peut-être même « et cætera », est-il le mieux placé pour nous dire et à nous faire culpabiliser que nous autres agents du services publics titulaires et surtout les cohortes de précaires, comme quoi nous coûterions chers à notre collectivité ?
Son intérêt individuel, pas loin de 5000 balles sans la retraite, ne prime-t-il pas sur l’intérêt collectif ?
À combien de collègues précaires, gagnant 1000 balles, permettrait-il de mieux vivre dans « notre » petite collectivité en baissant son salaire ? Etc.

J., sud ct 49

Listes déposées, dernière ligne droite avant les élections

La date butoir pour déposer des listes pour les élections professionnelles du 6 décembre était jeudi 25 octobre. SUD CT 49 a donc déposé des listes :

  • Pour le Comité technique commun de la Ville d’Angers et d’Angers Loire Métropole
  • Pour les CAP A, B et C de la Ville d’Angers
  • Pour le CT et la CAP C du Centre de Gestion
  • Pour le CT de Doué-en-Anjou
  • Pour le CT de Cholet (liste commune avec la CGT)
  • Pour le CT de Montrevault
  • Pour le CT d’Orée d’Anjou
  • Pour le CT de Noyant-Villages